Le design éthique semble être un concept assez simple : « concevoir les choses de manière éthique ». Certes. Mais qu’est-ce que ça veut dire, exactement ? Et comment cela fonctionne-t-il réellement dans la pratique ? Il est important que les graphistes comprennent l’impact qu’ils ont sur le monde, et qu’ils connaissent les mesures qu’ils peuvent prendre pour créer des produits qui sont à la fois bons pour les utilisateurs, pour eux, et pour la société. C’est ce que nous allons vous expliquer dans cet article, en décrivant les principes fondamentaux du design éthique (accompagnés de bons et de mauvais exemples).

Illustration sur le design éthique
Comment un designer décide de ce qui est bien ou mal ? Illustration réalisée par OrangeCrush

Qu’est-ce que le design éthique ?

Le design éthique consiste à concevoir d’excellents produits en fonction de vos principes moraux et de vos croyances (et des principes et croyances de votre entreprise). Ce que vous créez (que ce soit un site web, une campagne marketing ou un produit) a un effet sur de vraies personnes. Et ces effets peuvent avoir eux aussi des répercussions.

Dans l’idéal, les graphistes assumeraient la responsabilité éthique de leurs travaux. Mais dans la réalité, cette responsabilité est souvent reportée sur d’autres. La culture, la société et la politique ont une influence quasiment constante sur ce qui est « éthique » et sur la norme. Comment les designers peuvent-ils garder à l’esprit leur responsabilité dans cette atmosphère en perpétuelle évolution ? C’est là que les principes du design éthique entrent en jeu.

Les principes du design éthique

De nombreux principes de design éthique tournent autour du respect des droits de l’homme et sont même inspirés de la Déclaration des droits de l’homme des Nations Unies. La pyramide éthique des besoins créée par Aral Balkan et Laura Kalbag illustre bien les principes fondamentaux du design éthique, et comment chaque couche de la pyramide repose et dépend de la couche précédente.

La pyramide éthique des besoins
La pyramide des besoins illustre bien le fait que les premiers besoins doivent être satisfaits avant de pouvoir passer aux suivants. Via Ind.ie

Passons en revue quelques principes de base qui répondent à ces besoins, accompagnés d’exemples de designs éthiques.

La facilité d’utilisation

De nos jours, la facilité d’utilisation est considérée comme une exigence de base. Un produit inutilisable est considéré comme un échec total. Plus précisément, le design des produits doit aider l’utilisateur à accomplir ce qu’il cherche à faire, répondre à ses besoins, et être facile et agréable à utiliser. Jakob Nielsen, du groupe Nielsen Norman, a défini cinq éléments clés de ce principe :

  • Facilité d’apprentissage : est-ce facile pour les nouveaux utilisateurs d’utiliser le produit en question ?
  • Efficacité : à quelle vitesse les utilisateurs peuvent-ils effectuer des tâches ?
  • Mémorabilité : quelle est l’expérience des utilisateurs qui reviennent ?
  • Erreurs : combien d’erreurs les utilisateurs font-ils et quelle est la gravité de ces erreurs ?
  • Satisfaction : est-il agréable d’utiliser le design en question ?

Les graphistes ont également l’obligation morale de créer des produits intuitifs et sans danger. Vous vous souvenez quand certains Galaxy Note 7 de Samsung prenaient feu spontanément ? C’est le summum de l’échec total. En revanche, lorsque la pharmacie américaine Walgreens propose à ses utilisateurs une application qui les notifie lorsqu’ils doivent renouveler leur ordonnance (ce qu’ils peuvent faire depuis l’application en scannant le code-barres des médicaments en question), là, c’est un excellent exemple d’usabilité. Ce sont tous ces petits détails qui peuvent avoir un impact considérable sur l’expérience utilisateur.

L’accessibilité

L’accessibilité doit être conçue pendant le processus de développement de tout produit ou service, et non pas après coup, une fois que tout est terminé. Les produits sont toujours conçus pour un public cible, mais les personnes en situation de handicap sont bien trop souvent laissées de côté. Par exemple, la conception de sites web n’est pas toujours optimisée pour les malvoyants, malgré le fait que, selon l’Organisation mondiale de la santé, au moins 1 milliard de personnes sont aveugles ou malvoyantes dans le monde.

Il existe des technologies permettant aux personnes malvoyantes d’utiliser Internet, mais elles contiennent souvent des imperfections qui empêchent l’accessibilité. Parmi les problèmes les plus fréquents rencontrés par les utilisateurs, on trouve : des zones non accessibles avec le lecteur d’écran, des images sans texte alternatif, et des liens ou des boutons sans description. L’accessible des designs profite pourtant à tout le monde.

La carte The Forgotten de Tarot Cards of Tech
Qui sont les oubliés de votre design ? Via Tarot Cards of Tech

La confidentialité

Les problèmes de confidentialité sont toujours un sujet brûlant en conception numérique, entre Alexa qui écoute nos conversations, Google qui surveille nos clics et Facebook qui lit nos messages privés. La meilleure pratique de design éthique serait de développer des designs ne collectant que des informations personnelles qui sont dans le meilleur intérêt des utilisateurs. 

Par exemple, Signal est une application de téléphone et de messagerie sécurisée spécialement conçue pour protéger la confidentialité de ses utilisateurs. Ainsi, Signal ne requiert rien d’autre que votre numéro de téléphone, soit le minimum nécessaire pour utiliser ce service. Avec une prise de conscience et une préoccupation croissante en ce qui concerne la confidentialité des données personnelles, les utilisateurs recherchent de plus en plus de marques qui respectent leurs droits.

La transparence et la persuasion

La meilleure chose à faire en design éthique c’est d’être transparent afin que les utilisateurs puissent faire des choix éclairés. Ce qui inclut notamment de leur fournir des moyens clairs de se désister facilement de tout abonnement. Il est par exemple facile de s’inscrire à Amazon Prime, et donc de se faire livrer gratuitement. En revanche, une fois l’essai gratuit terminé, Amazon vous facturera automatiquement le coût total de l’abonnement annuel, sauf si vous annulez manuellement au préalable. Et bien sûr, vous ne serez pas averti.

Ainsi, dans quelle mesure les graphistes devraient-ils influencer le comportement des utilisateurs ? Il est souvent trop facile de se soumettre à des pressions sociales, voire à des suggestions subtiles. À titre d’exemple anecdotique, ma mère a fait des recherches à Kaiser Permanente et a mentionné la rédaction de formulaires de consentement pour les études de cas de clients pour lesquels il n’était pas possible d’utiliser les lettres majuscules, car jugées trop agressives. En tant que designer, vous devez garder à l’esprit que même les polices et les couleurs que vous utilisez peuvent influencer votre public.

Le Grand Méchant Loup dans les Tarot Cards of Tech
S’attaquer aux plus faibles n’est évidemment pas éthique. Via Tarot Cards of Tech

L’implication des utilisateurs

En fin de compte, le graphiste crée pour l’utilisateur. Il paraît donc naturel d’impliquer les utilisateurs dans le processus de design, à commencer par la phase de réflexion. Votre design fera partie de leur quotidien et, dans l’idéal, aura une influence positive sur leur vie.

Le design centré sur l’humain, développé par Don Norman, comprend « l’implication active des utilisateurs, ainsi qu’une compréhension claire des exigences des utilisateurs et des tâches ». Le design centré sur l’humain demande d’impliquer les utilisateurs cibles dès le début et tout au long du processus afin de comprendre les problèmes qu’ils rencontrent et comment votre produit peut les aider à résoudre ces problèmes, ce qui contribue en fin de compte à améliorer la facilité d’utilisation du produit.

Le moyen le plus efficace d’étudier l’implication des utilisateurs consiste à organiser de petits groupes de tests utilisateurs qui vous permettront de déceler les défauts de votre produit. Vous pourrez ensuite revoir votre design et tester à nouveau. Et recommencer ce processus autant de fois que nécessaire. Le processus de design centré sur l’humain, parfois appelé design thinking, s’intéresse à la manière dont le design améliore l’expérience de l’utilisateur.

La concentration

Les graphistes doivent comprendre que l’outil ou le service qu’ils créent n’est qu’une petite partie de l’environnement de l’utilisateur, et que ce dernier a parfois besoin de faire une pause. Les produits et services créés doivent être disponibles lorsque l’utilisateur en a besoin seulement.

Netflix et YouTube facilitent grandement le visionnage en boucle avec la fonction de lecture automatique. Facebook est également conçu pour retenir notre attention pendant des heures. Même Sean Parker, ancien président de Facebook, explique que Facebook a intentionnellement conçu la plateforme pour tirer profit du comportement humain en utilisant une « boucle de rétroaction de validation sociale » pour nous rendre accros à la dopamine que nous sécrétons lorsque nous recevons des liens et des commentaires. Ce qui, bien sûr, nous encourage à publier davantage de contenu et à aller constamment voir sur la plateforme les nouvelles notifications que nous pourrions avoir reçues.

La durabilité

Le changement climatique est un problème mondial et il est temps que nous prenions en compte l’impact de notre travail sur l’environnement, les ressources et le climat, en tant que graphiste. Le design circulaire, c’est-à-dire en boucle fermée dans laquelle les ressources sont continuellement réutilisées, est un excellent exemple de tendance de design éthique portant sur la durabilité.

La carte Mère Nature de Tarot Cards of Tech
Comment les considérations environnementales entrent-elles en compte dans vos designs ? Via Tarot Cards of Tech

Plutôt que de créer des produits et services qui ont un cycle de vie linéaire avec un début, un milieu et une fin, le but ici est de concevoir des produits qui sont continuellement recyclés sous diverses formes, grâce à une boucle fermée de réutilisation et de recyclage produisant moins de déchets. De nombreuses entreprises adoptent le design circulaire. C’est par exemple le cas de 57st. design qui fabrique des meubles modulaires, AMP Robotics, qui programme des robots de recyclage plus efficaces, et PlasticRoad, qui recycle le plastique en blocs de construction de routes modulaires.

Comment rendre vos designs plus éthiques ?

Le moyen le plus simple d’avoir une approche éthique du design est d’intégrer ces principes dans votre pratique dès le début, plutôt que d’essayer d’ajouter des éléments d’accessibilité à la fin, ou de s’attaquer à la politique de confidentialité après coup, seulement dans le seul but de protéger l’entreprise. Commencez par une compréhension et une intention claires dès le début.

Pour cela, rappelez-vous la mission et les valeurs de l’entreprise pour laquelle vous créez un design, et mettez en œuvre ces valeurs dans votre travail. C’est une excellente occasion de mettre le client ou l’entreprise au défi de tenir ses promesses, et de soutenir votre client dans cette mission.

La carte Chien d'Assistance de Tarot Cards of Tech
Comment votre entreprise peut-elle devenir la meilleure amie de l’homme ? Via Tarot Cards of Tech

Gardez une trace de vos hypothèses

Ce sont souvent nos préconceptions qui nous causent des ennuis. Lorsque l’on n’a pas de contact direct avec les utilisateurs, il est souvent facile de se faire une fausse idée de la façon dont le produit en question sera utilisé.

Le problème avec les designs basés sur des hypothèses, c’est qu’ils ne tiennent pas compte des personnes pour lesquelles ils sont créés. Et cela pourrait même entraîner des risques ou des conséquences potentiels pour les utilisateurs ou pour l’entreprise. En gardant une trace de chaque hypothèse que vous faites, vous garderez bien en tête les limites de votre design (et vous n’oublierez pas de le tester et le modifier).

Essayez les sessions « Dark Reality »

La première étape importante pour créer un design éthique est de commencer à poser les questions les plus importantes afin d’identifier les faiblesses et les conséquences potentielles de votre produit. C’est ce que l’on appelle une session « Dark Reality », une pratique lancée par Socrate. Il s’agit de se concentrer sur le stress-test d’un concept avec des questions difficiles. Il existe des outils pour vous aider dans cette démarche, dont les Tarot Cards of Tech, qui vous permettent de vous poser des questions telles que :

  • Quelle est la durée de vie de votre produit ?
  • Que se passerait-il si vous aviez des millions d’utilisateurs ?
  • Quels sont les effets à long terme sur l’économie, la société, et l’environnement ?
  • À qui profite votre design ? Qui y perd ? Qui en est exclu ?
  • Comment votre design pourrait-il être utilisé à mauvais escient ?

Les sessions « Dark Reality » vous aideront à vous rendre compte des faiblesses de votre concept et à produire une liste de questions et d’hypothèses. Ces différentes faiblesses et hypothèses peuvent être testées avec des utilisateurs potentiels et ajustées à leurs besoins.

La carte Smash Hit de Tarot Cards of Tech
Les Tarot Cards of Tech vous aident à vous poser les questions importantes à propos de votre design. Via Tarot Cards of Tech

Les problèmes éventuels du design éthique et comment y faire face

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles le design éthique est pour ainsi dire ignoré. Certains pensent que c’est peu pratique, trop complexe, ou invoquent un manque de temps et de budget. Comme nous l’avons dit, ces préoccupations peuvent être diminuées en commençant tôt, et en ayant des attentes et des intentions claires. On ne peut pas tout changer du jour au lendemain, mais en faisant des petits pas à chaque occasion, vous créez un changement organisationnel à long terme.

L’autre difficulté que nous avons évoquée est de déterminer à qui incombe la responsabilité de s’assurer que le design est éthique. Est-ce au patron, au client, au fabricant, au gouvernement ou au consommateur ?

En réalité, tout le monde a une part de responsabilité, y compris les designers. Prenez le temps de vérifier si les produits sont conçus de manière éthique et de responsabiliser toutes les personnes impliquées, si ce n’est pas déjà fait. Les entreprises peuvent exiger un design éthique de la part des graphistes, car cela ajoute de la valeur aux produits. De leur côté, les designers peuvent intégrer l’éthique à leur code de conduite, ce qui ajoutera de la valeur à leur travail. Le design éthique présente de nombreux avantages, en particulier sur le long terme, et peut renforcer la marque et le produit en question.

Concevoir un futur éthique

Gardez bien en tête ces principes, par souci de l’environnement, de l’humain, et même pour vous-même, en tant que professionnel. Vous pouvez même vous engager à intégrer le design éthique à votre code de conduite en tant que designer.

Quelle que soit la manière dont vous pratiquez le design éthique, si vous vous en tenez à vos croyances et à vos principes moraux, cela vous guidera vers le meilleur résultat possible. Et les futurs utilisateurs vous en seront reconnaissants !

Besoin de créer un design éthique de qualité ?
Nos designers peuvent vous aider à créer tout ce qu'il vous faut.