Quand vous décidez de créer un site Internet, il est parfois tentant de ne s’occuper que des choses « amusantes » – comme choisir les couleurs, les photos, comparer les différentes polices…
Mais avant d’en venir à cette étape de la création de votre site Internet, il faut un peu de patience.

Certains articles en ligne conseillent de répondre à un certain nombre de questions –  entre 50 et 100 – avant de commencer à créer votre site web. Ce n’est pas le but de cet article. Mais si vous prenez la peine de répondre sincèrement à trois questions fondamentales sur votre futur site Internet, vous vous amuserez bien plus dans les étapes qui suivent et le résultat n’en sera que meilleur.

Vous avez déjà un site web ? Pas de problème. Vous pouvez quand même répondre aux trois questions et utiliser vos réponses pour l’adapter et l’améliorer.

1. Quel est mon public ?

On vous donne un indice : la réponse n’est pas « tout le monde ».
Une fois que vous avez ciblé vos différents publics, le contenu, le ton et la structure de votre site commenceront à prendre forme. Avant de passer à la question suivante et de dire « oui, je connais mon public, ce sont mes clients », assurez-vous d’être en mesure de répondre à ces questions les concernant :

  • Savent-ils qui vous êtes ?
  • Que savent-ils déjà sur votre entreprise/votre produit ?
  • Que recherchent-ils ?
  • Quelle image de vous souhaitez-vous leur donner ?

Il est également possible que vous ayez différents publics. Par exemple, l’un d’eux peut correspondre à vos clients actuels et l’autre serait vos clients potentiels. Ces deux groupes visiteront votre site pour trouver des informations différentes. Reconnaître cette différence et organiser les informations en fonction de celle-ci vous permettra de vous assurer que tous trouvent rapidement ce qu’ils sont venus chercher. Par exemple :

  • Les nouveaux visiteurs : si vous êtes freelance ou prestataire de services professionnels, bon nombre de vos visiteurs seront probablement nouveaux et vous devez vous présenter, ainsi que les services que vous proposez. Lorsque vous avez de nouveaux clients, ils vous connaissent déjà et n’iront plus très souvent sur votre site. Ils vous contacteront directement.
  • Les visiteurs récurrents : si vous tenez un site Internet pour un organisme, qui comprend un calendrier d’évènements, un blog, etc., il se peut que vos visiteurs vous connaissent déjà et viennent sur votre site pour consulter les actualités et mises à jour récentes. Bien que présenter votre organisme soit une bonne pratique, bon nombre de vos visiteurs n’auront pas besoin de cette information.
  • Un mélange des deux : si vous tenez une boutique en ligne ou un blog, il est probable que vos visiteurs soient en partie nouveaux et – espérons-le – en partie récurrents. C’est pourquoi vous devez créer une structure qui fonctionne pour ces deux profils.
  • Si vous avez déjà un site Internet, vous pouvez savoir précisément combien de clients, nouveaux et récurrents, visitent votre site grâce à Google Analytics.
Dinner a love story

Un bon exemple d’équilibre entre les différents publics est le blog Dinner, A Love Story. Sur la page d’accueil de ce site de cuisine bien connu, vous trouvez les derniers articles et les actualités. La plupart des visiteurs recherchent probablement ce contenu central, car ils connaissent déjà le site et n’ont pas besoin de lire le descriptif de l’organisme avant d’accéder aux tout derniers articles.

Pour les nouveaux visiteurs, le site propose également une page dans la barre de navigation supérieure appelée « Première visite sur ce site ? » Si vous cliquez sur ce lien, vous arrivez sur une autre page comprenant l’historique du blogueur, la foire aux questions, les lectures conseillées et un lien pour s’inscrire à la newsletter.
De cette manière, le site donne la préférence aux visiteurs récurrents sur la page d’accueil, mais permet aussi aux nouveaux visiteurs de trouver facilement les informations qu’ils recherchent et de les engager.

Attention, votre public (et votre compréhension de ce public) peut changer avec le temps. Il est utile de vérifier de temps en temps si votre site est toujours en adéquation avec vos visiteurs et leurs attentes.

2. Quelles sont les trois principales actions que mes visiteurs doivent pouvoir réaliser quand ils visitent mon site Internet ?

Certains développeurs vont ainsi vous demander : qu’est-ce que les visiteurs sont censés faire sur votre site ?  Le principe de cet exercice est de trouver les trois actions prioritaires. Pas une ou dix, mais trois.

Voici quelques exemples de réponse à cette question :

  • s’abonner aux mises à jour
  • faire un don pour votre cause
  • tout acheter !
  • savoir qui vous êtes
  • savoir à quoi sert votre produit
  • trouver votre adresse/vos coordonnées
  • voir des exemples de votre travail
  • lire vos articles récents
  • télécharger votre dernière chanson

Les éléments qui ne font pas partie du top trois peuvent tout de même être présents sur votre site, mais ils ne doivent pas en être au centre. Si vous ne parvenez pas à réduire votre liste à moins de dix actions, c’est sûrement que vous attendez des visiteurs qu’ils accomplissent trop d’actions. Vous présenterez donc trop de choix et vos visiteurs ne parviendront pas à trouver ce qu’ils cherchent. Ils quitteront peut-être rapidement votre site pour aller ailleurs.

Que retirez-vous de la réponse à cette question ?

  • Elle vous aide à rationaliser votre site et à vous concentrer uniquement sur ce que les visiteurs recherchent. Bien entendu, cela ne veut pas dire que vous ne pouvez proposer que trois actions sur votre site web, mais simplement que vous devez choisir trois actions à mettre en valeur et à rendre immédiatement disponibles. Cela peut également vous empêcher de surcharger votre barre de navigation supérieure, qui est l’une des erreurs les plus courantes.
  • Elle vous aide à vous mettre dans la peau de vos visiteurs (qu’on appelle également « user-centered design » ou conception centrée sur l’utilisateur). En bref, la conception centrée sur l’utilisateur signifie concevoir quelque chose sur la base des attentes et des besoins de l’utilisateur, plutôt que de le forcer à apprendre et s’adapter à votre manière de faire. Réfléchir à ce que les visiteurs veulent faire peut vous aider à créer un site facile d’utilisation pour les visiteurs, plutôt qu’un site centré sur vous et vos intérêts.
  • Elle vous aide à déterminer votre « produit minimum viable » , ou les éléments essentiels qui sont nécessaires pour faire décoller votre site. Cette approche vous empêchera de vous enliser dans de nombreux détails ou dans de multiples pages de contenu avant que votre site commence à bien fonctionner.
Kickstarter

Le site de Kickstarter est un bon exemple de cette pratique :

Je n’ai pas discuté avec les gens de Kickstarter, mais j’imagine, à la vue de leur site, que les trois choses qu’ils souhaitent que leurs visiteurs fassent sont 1) consulter les projets, 2) lancer leur propre projet et 3) rechercher un projet en particulier. Remarquez que leur design n’est pas basé sur tout ce que les gens peuvent faire sur leur site Internet : connaître l’entreprise, regarder des vidéos, lire les derniers articles du blog, les suivre sur les réseaux sociaux, etc. Ces options sont toutes disponibles en bas de page. Mais au-dessus de la ligne de flottaison, trois actions principales sont mises en valeur.

3. Avec quel matériel dois-je travailler ?

Si vous pouvez détailler les éléments avec lesquels vous devez travailler, il sera plus facile de déterminer ce qui manque et ce dont vous avez besoin pour créer votre produit minimum viable. Cela vous permettra également de savoir quels éléments sont peut-être superflus, ne correspondant pas à vos réponses aux questions 1 et 2.

Les images

Les images constituent de plus en plus la teneur d’un site Internet. Elles permettent d’établir un style et une ambiance sur votre site, de couper le texte, de maintenir l’engagement des lecteurs et elles permettent souvent à vos modèles de faire sensation.
Posez-vous la question de savoir si vous avez toutes les photos dont vous avez besoin et si elles sont d’une qualité suffisante pour faire le meilleur effet. Voici quelques exemples des photos dont vous pouvez avoir besoin :

  • des photos pour l’arrière-plan de votre site
  • des photos de produits (voici un tutoriel simple pour prendre de bonnes photos)
  • une photo de vous en gros plan ou toute autre photo flatteuse
  • il peut aussi être judicieux d’ajouter des photos de l’« envers du décor » de votre bureau ou lieu de travail sur votre page « À propos » afin que les visiteurs apprennent à vous connaître.

Il n’est pas nécessaire de prendre vous-même ces photos. Il existe un nombre croissant de sites Internet proposant des banques d’images de bonne qualité et gratuites. Il est également de plus en plus facile de prendre des photos de bonne qualité avec un smartphone. Assurez-vous simplement que vos images sont assez grandes pour s’afficher correctement sur toutes les dimensions d’écrans.

Images d'un site Internet

Astuce : utilisez des images de même style et dimension pour un rendu cohérent.

Le texte

Rappelez-vous que ce que vous écrivez n’est pas gravé dans le marbre. L’un des avantages d’avoir son propre site Internet est que vous pouvez modifier le texte quand bon vous semble.

Il est possible que vous n’ayez pas besoin d’autant de texte que ce que vous pensez, étant donné que les visiteurs passeront probablement peu de temps à le lire. La lecture sur écran a tendance à être plus difficile mentalement et physiquement que la lecture sur papier. De plus, de manière générale, on se souvient souvent moins bien de ce que l’on a lu sur un écran.
Ainsi, ne vous forcez pas à écrire de longs textes avant de commencer à créer votre site. Votre texte peut sembler normal dans un document Word ou sur une brochure imprimée, mais paraître bien trop long sur un écran.
S’il y a bien un endroit où vous ne devez pas lésiner sur le texte, c’est bien sur votre page « À propos ». C’est bien là que vous pouvez expliquer ce qui vous rend unique.

Pour d’autres astuces, vous pouvez lire ces articles sur la rédaction d’un bon texte pour votre site Internet et la relecture de votre texte comme un pro.

Les suppléments

Une fois que vous savez quelles images et quel texte sont nécessaires pour commencer, vous pouvez également réfléchir aux autres éléments qui pourraient vous être utiles :

Souvenez-vous toutefois que sauf si ces ajouts concernent directement votre public et les trois actions prioritaires que vous souhaitez qu’il accomplisse, ils ne sont probablement pas nécessaires pour faire décoller votre site.

Regardez cette infographie sur l’Anatomie d’un site Internet commercial pour de plus amples informations sur les différentes parties d’un site Internet.

N’ayez pas peur de « tuer vos enfants chéris »

Il s’agit d’une vieille expression chez les écrivains, qui signifie que vous devez parfois vous débarrasser de vos passages favoris pour le bien de l’ensemble du texte.

C’est la même chose pour les sites web. Il y a peut-être des éléments que vous adoreriez mettre sur votre site : des photos de chaque événement que vous avez organisé, des widgets et pop-ups amusants, des centaines d’échantillons de travail à faire défiler… mais si vous regardez cela d’un œil critique et que vous vous rappelez qui est votre public et ce que vous souhaitez qu’il fasse, vous vous rendrez compte que la majorité de ce contenu n’est pas vraiment nécessaire. Si vous vous en débarrassez, votre site Internet gagnera en qualité, en clarté et en succès.

Si vous avez besoin d’encore plus d’idées structurelles pour la préparation de votre site, regardez cet article sur la création d’un plan de site abouti.

Créer une base solide pour son site Internet

Essayez donc de répondre à ces trois questions et souvenez-vous que chacune d’entre elles communique avec la suivante et la nourrit.
Les sites web peuvent et doivent évoluer avec le temps. Il n’est pas nécessaire de tout figer et décider avant de commencer. Mais une fois que vous savez qui va visiter votre site et ce que vous souhaitez qu’ils y fassent, le contenu, la structure et les autres éléments vont commencer à se mettre en place. Et c’est là que l’on commence à vraiment s’amuser !

Quelles sont vos autres astuces pour réussir son site web ? Partagez vos idées dans les commentaires !

  • Cet article a été initialement rédigé pour Jimdo par Maggie Biroscak. Avec une interface simple et intuitive, Jimdo permet à chacun de créer un site Internet unique comprenant un blog et une boutique en ligne. Vous pouvez lancer un concours de Logo & Site Internet hébergé par Jimdo ici!